PROTOMARTYR
(USA – Domino – Punk / Indie Rock)
http://www.laroutedurock.com/rdr/protomartyr/

PIERRE & BASTIEN
(FR – SDZ Records – Punk)
http://pierreetbastien.be/

DATE:              Samedi 25 novembre
LIEU :               La Maroquinerie, Paris
ADRESSE :      23 Rue Boyer, 75020 Paris
PORTES:         19H30
TARIF:             17€ en prévente (hors frais de loc)
TICKETS:         Digitick
LIENS:              Évènement Facebook

PROTOMARTYR

Avec les précurseurs The Stooges et le MC5, le punk doit évidemment beaucoup à la ville de Détroit. Dernier rejeton d’une longue lignée de groupes soniques de la « motor city », Protomartyr est un jeune quatuor qui traduit de manière bruitiste le spleen et la misère de la ville du Michigan (officiellement déclarée en faillite économique). Pourtant éloignés de tout misérabilisme, les brûlots incendiaires et violents de ces Américains évoquent plus la révolte que la résignation.

Presse
 

« Rien ne semble pouvoir arrêter leur post-punk tendu, apocalyptique, nerveux jusqu’à la déraison, urgent, dément, maboule. Mettez un mur de bruit devant les morceaux de Protomartyr et ils l’évitent avec un sens surprenant de la mélodie. Plongez leurs guitares dans la glace et elles en sortent brûlantes. Écoutez (forcément très fort) leur rage électrique dans le noir et c’est une épiphanie inattendue qui nous attend. Frottez The Agent Intellect aux grands anciens (The Fall, Wire, Joy Division, Pere Ubu notamment) et, comme chez les phénoménaux Girl Band ou Iceage par exemple, c’est le son du futur que l’on entend. The Agent Intellect est le futur immédiat. » LES INROCKS

« Comment se porte le revival post- punk en 2015 ? Il va bien, merci. La preuve avec ce troisième album de Protomartyr. » TSUGI

PIERRE & BASTIEN

Sur le site officiel – qui n’est pas une page Facebook – de Pierre & Bastien, le trio parisien se présente en toutes lettres comme formation « punk-rock ». En notre époque de spécialisation à outrance de la pop, le choix d’une étiquette si simple, si lourde à porter peut étonner, voire susciter la suspicion de l’ironie.
Pourtant même si le groupe a largement donné dans le second degré – on ne leurre personne en titrant des chansons « Myspace », « Déglingo » ou « Auto-entrepreneur » -, il suffit d’écouter n’importe laquelle des chansons de Musique grecque, son troisième album qui sort le 20 janvier chez SDZ Records, pour entrevoir que si le punk a jamais existé quelque part sur la planète, il se manifeste encore ici pleinement, passionnément, surtout le plus simplement du monde. Influencé par les emblématiques frenchies de Metal Urbain, Dogs, Wipers mais aussi – plus près encore des origines – par les essentiels Wire, Pierre & Bastien renoue sans effort avec la simplicité du punk le plus pur et, par là, avec son inextinguible modernité. Finauds, drôles, déprimants, les mots simples, en parisien dans le texte de Mitterrand, Allongé ou Baskets profitent d’être portés par une brutalité au cordeau – encore une fois, Wire est un référent évident – qui les propulse bien au-delà de la nostalgie pour un certain rock alternatif des années 80.
A l’inverse des très compliqués Cobra, Pierre & Bastien assume surtout absolument les sujets qu’il aborde – envie, haine de soi, virilisme, nostalgie, angoisse du monde qui va mal et qui blesse jusqu’au plus profond de l’intimité – et les profère avec une verve et une frontalité qui, en ces temps de grand ricanement généralisé, électrise absolument. LIBERATION